C2i

lundi, 9 avril 2012

Encore un coup de gueule contre l'éducation Nationale :: fac, partipirate

Une fois n'est pas coutume, la position de l'éducation nationale vis à vis de l'informatique est... étonnante.

L'attitude des responsables nationaux concernant certains pans de l'instruction publique (les mots éducation et instruction portent 2 sens différents) est souvent incongrue et parfois (souvent ? non, troller, c'est mal) très critiquable.

Au commencement...

Lorsque la génération Y est arrivée au collège, certains là-haut ont dû se dire un truc du genre :

  • Bigre... voilà une bande de jeunes qui aurait bien besoin qu'on leur enseigne les bonnes pratiques avec les ordinateurs !
  • Exact ! Mais comment pourrions nous faire pour les mener vers le droit chemin ?
  • Je sais ! Créons des "Brevets" et des "Certifications" dédiées à ça !
  • Merveilleuse idée !

Sur ce, ont vu le jour plusieurs attestations certifiant la connaissance de l'Informatique et d'Internet" (abrégé 2i dans les sigles). A ce jour, je connais 4 de ces attestations :

  • B2i niveau 1 : collège
  • B2i niveau 2 : lycée
  • C2i niveau 1 & 2 : enseignement supérieur

L'idée de base était plutôt bonne mais a, finalement, été extrèmement mal mise en place.

Là où commencent les bafouilles...

Soyons clairs, entre le B2i et le C2i, on passe du "fonctionnement archi-basique d'un ordinateur" à "utilisation du ouaib et du traitement de texte".

Sans aucune envie de troll, notons que nous avons cette année "appris" en "TD" de C2i à :

  • taper un texte
  • chercher sur internet
  • envoyer un mail
  • etc...

Notons aussi que le C2i est un bon moyen d'inculquer les "bonnes valeurs" aux jeunes :

  • Internet c'est dangereux
  • la HADOPI saybien
  • etc...

Enfin, sur les quelques heures de C2i que j'ai eu (et il me semble qu'on est proches de la fin) : pas de promotion explicite du logiciel libre, pas de "attention à vos données : les services de grands groupes sont rarement vraiment gratuits", etc...

Moralité, on apprend... pas grand chose, voire carrément rien.

L'autre chose incongrue est que... le C2i est le même pour tous, quelque soit la filière. Prenons un exemple simple : le programme de ma formation inclu une bonne part d'info et une autre de physique. On a, par conséquent, un minimum l'habitude d'utiliser des programmes permettant de traiter des informations numériques :

  • octave/matlab
  • tableur
  • gnuplot pour certains
  • etc...

En prime, une grosse partie des travaux à rendre est à envoyer à l'enseignant au format PDF et doivent donc être créés au moyen d'un logiciel de traitement de texte voire carément à l'aide de LaTeX...

Ceci étant, nous ne sommes pas pour autant dispensés de toute la partie "Traitement de texte et tableur du C2i"...

Enfin (attention l'attaque est un peu simple), j'ai du mal à écouter les conseils de quelqu'un restant interdit lorsqu'on lui parle de LaTeX ou de mutt...

Vous avez là un simple aperçu du "C2i". Notez tout de même que celui ci est précédé du "B2i", dont le niveau est.... pitoyable.

Meh. Propose des trucs alors !

Je sais, je sais, c'est un peu simple, j'ai plus ou moins incendié le C|B 2i depuis le début de ce billet.

Si je tenais à proposer des améliorations au C2i (mais je n'y tiens pas hein !), je pense que je proposerais des choses comme :

  • une plus forte empreinte "logiciel libre"
  • une meilleure information autour de la netiquette
  • plus de détails sur la sécurité en ligne et l'authentification :
    • principe des sites certifiés SSL
    • bonnes pratiques sur les mots de passe
    • chiffrer/signer ses mails avec une clé PGP/GPG pour les authentifier
    • etc...
  • quelques mises en garde sur les transferts sécurisés (Dropbox n'est pas un bon exemple) et les attaques existantes
  • une adaptation à la filière de formation

Conclusion en carton

Je vais arrêter le troll ici. En fait, je me rend compte qu'au cours de ces "heures de formation à l'informatique et à l'Internet", j'ai perdu mon temps (et gagné un article, mais bon, c'est accessoire).

Finalement, je pense que je continuerais à faire ce que je faisais déjà en C2i : troller et grmbler contre ce qui me semble une des plus grandes énormités de l'éducation nationale : la formation à l'informatique.

Avec les langues, je pense que tout ce qui tourne autour des TIC (Technologies de l'Information et de la Comunication) forme la part la moins bien traité de l'instruction en France. M'enfin, on me souffle que je n'y changerais rien, alors soit, je continuerais à défendre le LL et l'Internet libre quitte à passer pour un fouteur de merde. Si je n'y change rien, j'aurais au moins la satisfaction d'avoir essayé !