UMTICE m'a tuer

dimanche, 4 janvier 2015

Hurlons un peu contre UMTICE... :: fac

Ceux qui me connaissent et me supportent à longueur de journée le savent : je n'aime pas du tout ce truc.

UMTICE, c'est une instance de Moodle qui a été installée pour servir de support de cours web à l'université du maine.

J'avais déjà, par le passé, donné quelques éléments pour justifier mon aversion envers cet plateforme dans cet article un peu assassin. Aujourd'hui, je reviens à la charge sur le sujet des QCMs.

Les faits

Pour un prof, un service qui héberge des qcms et qui les corrige, c'est génial :

  • plus de temps perdu à corriger des cases cochées
  • un moyen simple de proposer de l'auto-éval aux étudiants
  • plus rapide à mettre en place
  • etc...

Ce lundi, nous avions donc un QCM portant sur des cm dispensés pendant le premier semestre.

Le gros défaut de moodle, c'est son anti-intuitivité. Le second, ses bugs d'affichage.

Il s'est trouvé que le lien pour passer à la page suivante du qcm était caché et innaccessible en bas de page. Je me suis donc fait avoir et c'est un peu (carrément) ce qui motive cet article.

Le problème

Outre le fait que je n'aime pas les QCMs, je ne considère pas les qcms sur le web comme un moyen fiable de vérifier les connaissances d'étudiants.

Les problèmes sont les suivants :

  • la vérification est automatique, je doute qu'un contrôle manuel soit un jour effectué
  • rien ne garantit la transparence du système et donc sa fiabilité
  • rien n'empèche la triche

Vérification automatique

Le problème qui se pose ici est simple, dans le cas où le professeur s'est trompé en signalant comme fausse une réponse juste et vice versa, le système (bête et méchant, c'est ce qu'on lui demande) comptera les réponses comme prévues.

Dans un système manuel, le prof sait quelles réponses sont justes et lesquelles sont fausses. Il se charge donc de vérifier (là aussi, c'est ce qu'on lui demande) mais peut accepter les remarques des étudiants s'il se trompent.

De plus, j'ai un sérieux doute sur le contrôle mis en place par le prof : à partir du moment où le système fait tout, plus besoin de passer derrière lui pour revérifier (sinon, il perd son intéret).

Transparence et vérifiabilité

Le système de moodle semble être open source.

Toutefois, nous n'avons pas le nom/id du plugin de quizz utilisé, par conséquent aucun moyen de vérifier le traitement fait sur les données.

Certains appelleront ça de la mauvaise fois, je pense que c'est de la rigueur. La moindre des choses quand on sait que chaque contrôle de fac est censé être un "examen officiel", c'est de faire en sorte que le tout soit vérifiable par tous.

Là encore, si l'on peut demander qu'une copie soit révisée, je doute que quelqu'un accepte de recorrigier un QCM corrigé automatiquement...

Triche

Le QMC se fait sur le web. Dans une bête page. Compte tenu de la position des surveillants, je ne vois pas du tout comme ils peuvent empècher la triche...

N'importe qui d'un peu habitué réagira avec un Ctrl-W bien placé pour fermer les onglets gênants...

Là encore, la triche rend le système peu, très peu sûr. Moins encore que des rangées de chaises/tables avec des surveillants circulant.

Conclusion

Un article court et encore une fois un peu "coup de gueule", mais je trouve malsain d'utiliser un système aussi peu fiable pour un examen officiel. Reste maintenant à démontrer son manque de fiabilité aux personnes compétentes.. ça, c'est une autre histoire.